05 coup de projecteur

Associations affiliées à la Ligue de l’enseignement des Bouches-du-Rhône, cet espace vous est réservé !

Vous souhaitez communiquer sur votre objet associatif, vous organisez une manifestation et désirez en informer notre réseau associatif, vous voulez vous exprimer sur un sujet de société qui vous tient à cœur… N’hésitez pas à nous proposer vos articles et illustrations !

Pour cela, il suffit de nous envoyer un e-mail à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Informations coronavirus

coronavirus-edugouv-jpg-52020

Bonjour à vous toutes et vous tous,

Nous faisons face depuis vendredi à une situation totalement inédite.

Nombre d’entre vous ont des questions et sachez que le réseau se mobilise pour y répondre et vous accompagner au mieux.

Concernant les associations employeuses :

Vous trouverez pdfici un document553.52 Ko émanant du gouvernement qui peut répondre en partie à vos questions.

Vous pouvez aussi consulter le site du CNEA : https://www.cnea-syn.org régulièrement mis à jours.

Nous vous rappelons aussi que :

Télétravail

Si le poste de travail le permet, le télétravail est la solution à privilégier. Cette modalité d’organisation du travail requiert habituellement l’accord du salarié et de l’employeur, ce qui est la solution préférable. Toutefois, l’article L. 1222-11 du code du travail mentionne le risque épidémique comme pouvant justifier le recours au télétravail sans l’accord du salarié, et au regard de son droit au télétravail (article L. 1222-9 du code du travail), le salarié peut demander à bénéficier de cette /modalité de travail.

Arrêt maladie

Si aucune autre solution ne peut être retenue, le salarié peut être placé en arrêt de travail et indemnisé (déclaration à faire par l'employeur sur le site de l'Assurance Maladie). Le salarié perçoit la totalité de son salaire, l'employeur une indemnisation de l'Assurance Maladie (Indemnités Journalières SS qui correspondent à peu près à 40 % du net). (Pas de délai de carence quelle que soit l'ancienneté compte tenu de la mesure exceptionnelle).

A ce jour, arrêt accordé pour une durée de 14 jours calendaires à compter de la date de début de l'arrêt déclaré (mais les infos datent d'avant la déclaration du Président hier soir). Pour en bénéficier, l'employé doit remplir certaines conditions :
• Les enfants doivent avoir moins de 16 ans le jour du début de l'arrêt ;
• Un seul parent (ou détenteur de l'autorité parentale) peut se voir délivrer un arrêt de travail (le salarié doit fournir à son employeur une attestation sur l'honneur certifiant qu'il est le seul à le demander à cette occasion) ;
• L'entreprise ne doit pas pouvoir mettre l'employé en télétravail (l'arrêt de travail doit être la seule solution possible sur cette période).

Possibilité de fractionnement de l'arrêt avec une répartition des arrêts entre les parents.

Activité partielle

Le dispositif d'activité partielle peut être sollicité par les entreprises dans le cadre de circonstances à caractère exceptionnel. Dans ce cas, le contrat de travail n'est pas interrompu mais les salariés subissent une perte de salaire imputable soit à la fermeture temporaire de la structure, soit à la réduction de l'horaire de travail habituellement pratiqué (heures ou périodes non travaillées, pendant lesquelles les salariés ne doivent pas être sur leur lieu de travail, à disposition de leur employeur et se conformer à ses directives). Dans ce cas-là, les salariés bénéficient d'une allocation spécifique qui est à la charge de l'Etat et perçoivent une indemnité compensatrice versée par leur employeur. Cette indemnité doit correspondre au minimum à 70 % de la rémunération antérieure brute et peut être augmentée par l’employeur.

L'employeur perçoit de son côté une compensation financière co-financée par l'Etat et l'Undédic à hauteur de 7.74 € de l'heure (elle devrait être portée à 8.04 € de l'heure mais on attend la parution du textes officiel le précisant).

La réglementation applicable prévoit que l’autorité administrative dispose de 15 jours maximum pour instruire la demande. A l’issue de ce délai et en l’absence de réponse de l’administration, la demande est réputée acceptée. Il a cependant été donné instruction de traiter prioritairement les demandes liées au Covid-19 afin de réduire fortement le délai effectif d’instruction (la réduction du délai à 48 h a été évoquée, mais là encore on attend parution d'un texte officiel)

Pour déclarer une activité partielle, c'est ici.

Concernant toutes les manifestations et autres regroupements : (sous toutes leurs formes : spectacle, ACM, sorties sportives…) il est conseillé dans un premier temps de les reporter.

Il est conseillé autant que faire se peut, de modérer des annulations sèches.

Vous pouvez aussi nous faire remonter vos difficultés et observations à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Nous ne pourrons pas les traiter au cas par cas mais il nous sera possible en fonction des situations rencontrées et de l’évolution des directives, de préparer des réponses collectives que nous partagerons sur notre site.

Nous restons quoi qu’il en soit, attentifs à vos demandes et restons mobilisés pour vous apporter tout le soutien qu’il nous sera possible.

Le Combat de nos grands-mères... n'est pas fini

FotoJet combat grands mères

La salle était pleine au Théâtre de l’Œuvre, jeudi 5 mars, pour la représentation de la pièce de Théâtre « Le Combat de nos grands-mères » en avant-première de la journée internationale des droits des femmes. Interprété par les actrices de la compagnie Ail et fines herbes des AIL de Fuveau, ce texte raconte, à travers le quotidien de 4 générations de femmes, la quête de l’égalité femmes-hommes.

Et c’est non sans humour que la pièce dépeint l'évolution de la condition féminine en France, des années 50 aux années 2010. « On a avancé en 60 ans plus qu'en dix siècles » s'enthousiasme Éric Florentino de l'association SOS femmes 13 après la représentation.

Des avancées qui ne doivent pas occulter le chemin qu’il reste à parcourir pour sortir du patriarcat et prendre en compte l’intersectionnalité, c’est-à-dire les dominations et les discriminations plurielles et multiples de sexe, de classe, d’origine, de handicap ou d’orientation sexuelle.

Découvrez la suite de l'article d'Estelle Bernard, Responsable communication de la Ligue de l'enseignement 13, à la suite...

Lire la suite

Coup de projecteur - Vernissage de l'exposition la Relève II

Le jeudi 23 janvier 2020 j'ai eu la chance de me rendre à  La Compagnie ainsi qu'à Coco Velten afin de couvrir le vernissage de l'exposition la Relève II. Cette exposition d'art visuel prenait place dans le cadre du festival Parallèle, lieu de création pour donner à voir, à l’issue d’un appel à projets, le travail d’artistes plasticien.ne.s en phase de professionnalisation.

Ce vernissage fût l'occasion de découvrir leur travail autour de la thématique suivante : « L’ Âge du faire ». Je ne vous en dit pas plus et je vous laisse juger par vous même. Maintenant, place aux artistes !! 

 

Si vous voulez en savoir plus sur les enjeux de Coco Velten et de l'exposition, voici l'interview de Raphaël Haziot, coordinatieur artistique à Yes We Camp. 

 

Retour sur l'Assemblée Générale de l'OLPPI

IMG 20200208 121026

L'observatoire de la Laïcité "OLPPI" (Observatoire de la Laïcité Provence - Pays d'Istres) est à but éducatif et culturel.
Il a pour objet de promouvoir les principes de la Laïcité, de veiller à leur strict respect et, si nécessaire, de mener toute action y compris en justice, pour les restaurer et les défendre. Patrice SENOUQUE, Vice-Président de la Ligue de l'enseignement 13, était présent à l'AG de l'OLPPI le samedi 08 février 2020 et revient sur cette AG avec ses mots :

"Bonjour, pour information, j'ai représenté ce jour notre Fédération lors de l'assemblée générale de l'Olppi sous les auspices de nôtre Marianne Républicaine. Le conseil d'administration et son Président Gustave Ispa sont reconduits dans leurs fonctions.
Je vous rapporte leurs meilleures salutations Laïques et amitiés.
Bien à vous"

6 ème édition du Prix Annick Lansman - Le comité de lecture de la Ligue 13

123 1

Le prix Annick Lansman récompense un texte inédit de théâtre pour le jeune public. Les membres qui étudient et attribuent les prix (2) font partie d’un jury international (France, Belgique, Suisse, Québec) composé de 23 membres dont la Ligue de l’enseignement fait partie. Le texte théâtral produit doit répondre à plusieurs critères :

- Constituer la base d’un spectacle à jouer par des comédiens adultes pour des publics
d’enfants de moins de 13 ans
- Participer au développement du plaisir de lire le théâtre à partir de 9/10 ans
- Etre écrit en français, ne pas résulter d’une commande, et ne pas encore être publié.

Suite à la proposition du Confédéral (3) de participer comme jury à cette 6 ème édition, la Ligue de l’enseignement – Fédération des Bouches du Rhône a relayé l’information à l’ensemble de son réseau. Afin de compléter la proposition, nous avons mis en place un comité de lecture. Celui-ci était un prétexte pour nous retrouver entre association.s adhérente.s, salarié.e.s, bénévoles de Lire et Faire Lire et administrateur.trice.s, afin d’échanger autour du plaisir de la lecture.

Découvrez l'article de Clotilde Martin, coordinatrice vie associative de la Ligue de l’enseignement – Fédération des Bouches-du-Rhône, à la suite :

Lire la suite

Abonnez vous à la newsletter