06 portrait dasso

Calopsitte ou le mélange singulier entre écriture et numérique.

CALOP

 

Créer une association mélangeant numérique et littérature, c’est le pari peu ordinaire qu’ont fait Caroline Scherb et Nicolas Tardy il y a maintenant plus d’un an.

Caroline, web designer depuis 1999, travaille donc principalement dans le domaine numérique (conceptions de sites, graphisme, design…). Cependant diplômée des Beaux-arts, c’est dans la diversité artistique qu’elle semble avoir évolué. Il n’est donc pas étonnant de la voir aux cotés de Nicolas, écrivain et animateur d’ateliers d’écriture depuis maintenant 20 ans.

C’est donc du mariage de leurs deux passions qu’est né Calopsitte. Mais alors, Calopsitte c’est quoi ? Autre que la perruche australienne amicale et bavarde, c’est le nom qu’ont choisi les deux amis pour leur association. En effet, à l’instar de l’oiseau, le but de l’organisation est de créer un dialogue et de partager à travers la création numérique.

C’est donc dans cette optique qu’ils ont participé en 2018, à la 2e édition du festival « Lecture par nature » dont le but était de favoriser l’accès à la culture sous toutes ses formes en métropole.
Ils ont donc mis en place des ateliers pour des classes de CM1 et 6ème à Allauch, Gémenos et La Penne sur Huveaune autour de la création numérique. Ceux-ci étaient animés en duo par Marie Chéné, artiste et animatrice de l’association. En tout ont eu lieu cinq ateliers de deux heures dont les travaux en 3D ont ensuite pu être exposés en médiathèque. Puis, lors de « la nuit de la lecture » les enfants ont pu imaginer, à travers l’écriture collective, le monde de demain avec des thèmes tel que : « Ma journée du futur » ou « Les objets du futur ».

Nicolas Tardy m’explique ensuite que « l’outil numérique peut intervenir à n’importe quelle étape » du procédé créatif et que, par conséquent, le produit final n’est pas toujours sous forme numérique, comme par exemple, lors des ateliers de «Lecture par nature » durant lesquelles les enfants partageaient en réalité un ordinateur afin d’écrire une histoire à plusieurs. Le numérique est donc, selon le co-fondateur de l’association, un outil de partage et de convivialité. « Lorsqu’on entend « ateliers d’écriture », on s’imagine une restitution à l’écrit mais elle peut prendre la forme d’un film ou d’une restitution audio par exemple ». Caroline Scherb ajoute ensuite : « Calopsitte, c’est l’outil de médiation qui associe numérique et littérature, c’est une nouvelle façon d’écrire ».

La médiation, c’est d’ailleurs l’idée qui a incité l’association à pousser les portes de la Ligue de l’enseignement. Mais, à l’inverse de leur association, c’est une médiation inter-associative dont ils étaient à la recherche, un contact humain : « quand on a une association qui s’adresse principalement aux enfants, pouvoir s’appuyer sur une fédération qui connait bien le sujet, c’est bénéfique pour tout le monde » me dit la web designeuse.

Avec un site en pleine construction et des projets plein la tête, l’association Calopsitte promet de révéler la créativité de nombreux enfants.

Article : Chloé Boumeziren.

Vous souhaitez contacter l’association ?
Site : http://www.asso-calopsitte.org/ 

Abonnez vous à la newsletter